Bilan d’un début de saison à rebondissements !

Blessé au genou en juin dernier, Kawhi Leonard n’a toujours pas retrouvé le chemin des parquets. Discret dans sa communication, la durée de son indisponibilité est toujours inconnue. Les Clippers, orphelins de leur superstar, ont débuté leur saison loin des projecteurs, en tentant de s’ajuster pour terminer à la meilleure place possible . A l’heure où nous écrivons ces lignes, les Californiens pointent à la 6ème place de l’Ouest avec un bilan de 19 victoires pour 18 défaites.

Mais alors, que retenir de ce début de saison ?

Retard à l’allumage

1 victoire pour 4 défaites ! Voila le bilan catastrophique des Clippers pour débuter l’exercice 2021-2022. Premier match contre Golden State, première sauce, signée Curry : 45 points à 8/13 à trois points dans la bouche des Angelinos. Depuis 2014, Steph a affronté les Clippers 25 fois (en saison régulière). Il inscrit 30 points ou plus à 12 reprises. Comme dirait Dosseh, nous sommes maintenant « habitués habitués habitués » 🎶. Pourtant, le match reste serré mais les Clipps s’inclinent sur le fil (113-115).

Steph Curry marche sur les Clippers / Source : Sportskeeda

Nouveau revers quelques jours plus tard face à Memphis malgré 41 points de PG (114-120). Le collectif se met en marche face à Portland avec une victoire nette et sans bavure (116-86). Beaucoup pensent (espèrent) que la saison est enfin lancée. Que nenni. Les joueurs de Tyronn Lue livrent deux prestations exécrables face à Cleveland (79-92) et Portland une nouvelle fois (92-111).

Les Clippers, dans ce début de saison ont connu un problème d’adresse significatif, notamment à trois points. Lors de ces 5 oppositions, 65 tirs derrière l’arc ont été inscrits sur 205 tentatives soit un peu moins de 32%. Nicolas Batum confirme ces statistiques chez les potos de First Team :

 » On ne jouait pas mal. Mais j’ai rarement vu une panne d’adresse collective aussi folle et aussi longue que ça. On ne mettait pas un tir ! « .

Après cette mauvaise passe, les Californiens ont enfin lancé leur saison dans le sillage d’un Paul George monumental.

Paul George taille patron

Grace à une adresse retrouvée (40,2% à 3 points), les Clippers remportent sept victoires consécutives. Paul George continue son chantier mais cette fois, les lieutenants californiens assurent ses arrières, contrairement au début de saison. Après ces 12 premiers matchs, PG cumule en moyenne 26,4 points, 8,1 rebonds et 4,9 passes, en terminant meilleur scoreur de son équipe à 10 reprises. Il poursuit la saison de la même manière. Aujourd’hui, il compile 24,7 points, 7,1 rebonds et 5,5 passes. Des stats dignes d’un MVP. Il est le leader incontesté et incontestable cette saison.

Paul George en mode MVP / Source : Ashley Landis / Associated Press

Une irrégularité chronique

Le championnat se poursuit et les angelinos enchainent le bon et le moins bon. Les performances restent très irrégulières. Les protégés de Tyronn Lue remportent des victoires avec des matchs très aboutis. C’est le cas contre les Lakers le 3 décembre (119-115) ou contre Phoenix 10 jours plus tard (111-95). Pourtant, les Clippers ont été défaits deux fois contre Sacramento le 1er et le 4 décembre (115-124 puis 99-104). Quelques rencontres ont été aussi perdues dans les dernières secondes. Face à OKC (103-104) par exemple avec un tir au buzzer du meneur du Thunder, bien connu des Clippers, Shai Gilgeous Alexander. Un coup de poignard dans le dos. Plus jamais ça Shai ! Voyez plutôt.

Shai crucifie les Clippers / Crédit : Bleacher Report

Evenements Marquants

Pour commencer, Paul George a tout simplement réalisé un des dunks de l’année contre Dallas, le 21 novembre dernier, à Los Angeles. Pour recontextualiser, Luka Doncic est absent coté Mavs et la victoire des Clippers est donc obligatoire. Pourtant, ce sont bien les Texans qui mènent les débats. L’équipe de Los Angeles est maladroite et joue clairement à l’envers. La preuve en est, à 2 minutes 30 de la mi-temps, elle n’a inscrit que 36 points. C’est à ce moment précis que choisit Paul George pour s’envoler dans le ciel Californien. Dwight Powell a tenté de se mettre sur sa route mais ce fut une très mauvaise idée. Le dunk et le cri de rage de Paulo résonnent encore dans tout(e) le Staples Center la Crypto.com Arena. Cet évènement a permis aux Clippers de se réveiller, de reprendre le contrôle du match pour finalement s’imposer 97 à 91.

Le 11 décembre, c’est au tour de Reggie Jackson de se montrer face à Orlando. Cette fois, Paul George est absent. Le match est serré du début à la fin. Aucune équipe ne parvient à prendre un avantage conséquent. A 1 minute du terme, Luke Kennard pense offrir la victoire aux Clippers avec un tir derrière l’arc permettant aux siens de prendre 5 points d’avance (103-98). Orlando ne se laisse pas abattre. D’abord, notre bon vieux Zubac a la merveilleuse idée de faire faute sur une tentative longue distance de Terrence Ross qui convertit les 3 lancers (103-101). Action suivante, Zubac, encore lui, se retrouve aux lancers pour reprendre deux possessions d’avance. 1/2 pour lui sur la ligne et donc 3 points d’avance (104-101). Les Clippers ne sont pas à l’abri d’un retour du Magic. A la suite d’un écran, le meneur floridien Cole Anthony se retrouve en isolation face à …. Ivica Zubac. Le poste 1 feinte un départ sur la droite, crossover vers la gauche et shoot à 3 points sur la truffe du pivot californien : 104-104, 24 secondes à jouer. Reggie prend alors les choses en main. Il bénéficie d’un double écran pour se retrouver en isolation face à Wendell Carter. Il joue son un contre un, step back, et le shoot fait ficelle (106-104). Orlando ne reviendra pas.

Reggie Jackson assomme Orlando / Crédit : 3V Highlights

Tops et flops

Au niveau flop, comment ne pas évoquer le Covid. Il met clairement à mal les effectifs. Le nombre de joueurs entrant en protocole Covid augmente de jours en jours. De nombreux matchs ont été reportés et cela va même plus loin. Une règle exceptionnelle et temporaire a été adoptée pour éviter un maximum de reports. Les équipes sont autorisées à recruter des nouveaux joueurs. Les salaires de ces recrues ne seront pas pris en compte dans le plafond salarial des franchises. Cette saison est en train de prendre une tournure très particulière. Toutes les équipes sont impactées, mais certaines le seront plus que d’autres.

Côté Clippers, le jeu proposé en attaque est assez pauvre. Les Californiens sont seulement la 24ème attaque de la ligue en terme de points marqués (105,5 points marqués en moyenne). Au niveau des joueurs en eux mêmes, ce ne sont pas forcements des flops mais plutôt des déceptions. Terance Mann, dans la continuité de ses play-offs et en l’abcense de Kawhi, pouvait (devait) s’imposer pour franchir un nouveau cap. Ce n’est pas le cas pour l’instant. Il tourne à un peu plus de 10 points par match et les fans pouvaient attendre un peu plus de lui. Serge Ibaka est aussi de retour mais malheureusement, sa mobilité fait peur à voir. Les Clippers n’ont jamais connu un Ibaka à son meilleur niveau et ne le verront peut être jamais.

Terance Mann au lay up / Source : Chris Elise

Passons au top. , Paul George a pris les rênes de l’équipe comme nous l’avons déjà évoqué précédemment. Sinon, Reggie Jackson mais surtout Luke Kennard réalisent une saison très complète. Reggie cumule 17,2 points, 3,4 rebonds et 4,2 passes par matchs. Luke Kennard de son côté a progressé de manière significative depuis la saison dernière. Cette année, il tourne à 11,7 points par matchs à plus de 44% à trois points. Un article détaillé sur ce dernier est disponible sur le site.

Marcus Morris et Nicolas Batum jouent aussi de fort belle manière mais ils n’ont participé respectivement à 16 et 19 rencontres seulement.

Conclusion

Pour l’instant le bilan après plus d’un tiers de la saison est honorable mais est loin d’être parfait. Nous sommes 6ème à l’Ouest, bien aidé par le début de saison de Paul George. MAIS la fin de saison risque d’être extrêmement difficile. Le Covid revient embêter la grande ligue avec son lot journalier de joueurs non aptes. Cerise sur le gâteau, Paul George est aussi sur la touche mais cette fois-ci, c’est pour cause de blessure. Touchée à un ligament du coude, la superstar sera réévaluée dans 3 semaines. En fonction de l’évolution de la blessure, il pourra peut être de retour sur les parquets mais, dans le cas contraire, il pourrait être « out » toute la saison. Tous les fans des Clippers croisent les doigts pour retrouver Paulo dans quelques semaines. Affaire à suivre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s